Une entreprise citoyenne - CTS : Compagnie des Transports Strasbourgeois
Print

Consciente de sa mission de service public et grâce à une gamme de titres diversifiée, d’offres multimodales nombreuses, mais surtout avec l’instauration en 2010 par l’Eurométropole d’une tarification solidaire, la CTS est en mesure de favoriser l’accès de tous aux transports publics. Mise en place par l’Eurométropole, cette tarification est calculée en fonction des ressources réelles des ménages et de la composition des foyers, à travers le quotient familial de la caisse d’allocations familiales. Plus de 55 % des abonnés en ont bénéficié en 2016.

 

Ici pour plus d'informations.

 

Chiffres clés : Tous égaux dans les transports

(Source Rapport d'Activité 2016)


La CTS a inscrit le projet développement durable au cœur de ses actions et de ses pratiques. Il vise l’amélioration constante d’une offre de transport public au service des habitants de l’agglomération strasbourgeoise, et ce à coûts maîtrisés.

Il contribue également à une ville plus respectueuse des équilibres environnementaux. Enfin, ce projet est également un acte citoyen car il associe les forces vives de l’entreprise à sa politique de développement en facilitant l’accès pour tous à la mobilité et en favorisant le vivre ensemble dans le périmètre des transports urbains de l'Eurométropole de Strasbourg.

 

Téléchargez la plaquette de présentation de la Stratégie de Développement Durable de la CTS :

 Cliquez ici pour télécharger la plaquette de présentation de la Stratégie de Développement Durable de la CTS

En savoir plus sur les INFORMATIONS CO2 DES PRESTATIONS DE TRANSPORTS, cliquez ici.



Favoriser la biodiversité au cœur de la ville

La CTS poursuit son engagement dans le volet environnemental de sa politique de développement durable en s’engageant également en faveur de la biodiversité en ville.

Depuis des années, la CTS poursuit une politique volontariste et ambitieuse en matière de protection de l’environnement. Cet engagement se traduit aussi depuis 2015 au travers d’actions en faveur de la biodiversité en ville. Ainsi, un hôtel à insectes et trois ruches gérées par les apiculteurs de l'association Asapistra ont été installés dans le dépôt de la Kibitzenau.

En contribuant à la protection des abeilles, aujourd’hui menacées, la CTS s’inscrit dans une dynamique mondiale mais également locale en faveur de l’environnement. La ville de Strasbourg (et par extension son Eurométropole) est connue et reconnue à l’international pour son engagement écologique, comme l’atteste son label de « capitale française de la biodiversité ».

Dans ce cadre, elle a rédigé une charte dite « Tous unis pour + de biodiversité » qui vise à saluer et à aider dans leurs actions environnementales les entreprises et les acteurs de l’espace public et œuvrant pour la préservation de la nature en milieu urbain. Pour en devenir signataire, les postulants se doivent de respecter au moins six critères sur une quinzaine listée par la collectivité. Pleinement éligible grâce à huit initiatives, la CTS l’a signée le 7 juillet 2015.

 

Huit actions saluées par la charte « Tous unis pour + de biodiversité »

* abandon des produits chimiques pour l'élimination des mauvaises herbes

* utilisation de techniques alternatives pour cet entretien

* réduction des tontes, ramenées à deux fauchages sur l'année

* paillage des massifs pour une réduction des arrosages

* présence d’une prairie mellifère

* présence d’arbres fruitiers

* installation d'un hôtel à insectes

* installation de ruches 

 

 


En 1994, le tramway inauguré à Strasbourg est le premier à être doté d’un plancher bas intégral permettant l’accès facile des fauteuils roulants, mais également des poussettes. Les stations sont annoncées de façon sonore (pour les personnes malvoyantes) mais également de manière visuelle.

 

 

Cette politique globale d’accessibilité des transports pour tous se poursuit et se traduit par une mise à niveau du réseau de transport en commun existant.

Allant au-delà des obligations définies par la loi, tous les nouveaux bus de la CTS sont équipés de deux emplacements réservés aux fauteuils roulants ainsi que d’une porte type tramway pour faciliter l’accès à bord.

Les véhicules sont également dotés d'une rampe d'accès rétractable permettant l’accès direct depuis l’arrêt au bus.

Les conditions de voyage des personnes à mobilité réduite sont optimisées grâce au système d’annonce sonore des arrêts.

Des écrans défilants permettent quant à eux de connaître à tout instant le prochain arrêt et la direction du véhicule.

Les normes ayant évolué suite à la publication de loi de 2005, tous les véhicules bus existants sont progressivement réaménagés aux normes requises. Les boutons de demande d’arrêt par exemple sont placés aux nouvelles hauteurs requises.

 

Enfin, tous les arrêts du réseau bus sont progressivement aménagés selon une charte définie conjointement entre la collectivité responsable du transport, la CTS (l’exploitant) et les associations de personnes handicapées.

Cette charte définit :

  • la hauteur des quais pour faciliter la montée et la descente des fauteuils roulant et des personnes ayant des difficultés à se déplacer (avec un déambulateur par exemple) ;
  • les largeurs des cheminements devant rester libres de tout obstacle et les dimensions de l’aire de retournement nécessaire aux fauteuils roulant ;
  • des bandes podotactiles qui permettent aux mal-voyant de repérer le bord du quai ;
  • la présence d’une ligne d’accostage qui permet d’aligner facilement le véhicule au plus près du quai.

 

 

 

 

En application du décret n°2017-431 du 28 mars 2017, les registres publics d'accessibilité des établissements recevant du public gérés par la CTS sont mis à disposition du public et consultables sur place à l'agence commerciale CTS, 9 place St Pierre le Vieux à Strasbourg. Ces registres concernent les 4 établissements suivants : Agence commerciale, Galerie de la Grande Verrière de la gare, P+R Rotonde et P+R Rives de l'Aar.

 

Les efforts se poursuivent en continu pour offrir un réseau accessible au plus de personnes  possible, handicapées, rencontrant temporairement des difficultés pour se déplacer, accompagnées d’enfant en bas-âge, etc.


La CTS met en place des partenariats avec des structures extérieures pour mieux faire comprendre et accepter les règles de fonctionnement des transports en commun dans l’agglomération. Il s'agit notamment de l'association Les Francas et l'association Sporting Strasbourg Futsal.

L’objectif est de maintenir un dialogue permanent avec les jeunes et les adultes, de les informer, en particulier sur les enjeux de sécurité, et de faire en sorte qu’ils adoptent des comportements conformes à la réglementation des transports.

 

 

 

IMG_1088

 

Chiffres clés : Renforcement de la sensibilisation et de l'éducation au civisme

 

(Source Rapport d'Activité 2016)


En choisissant en 2011 de faire évoluer l’apparence et l’aménagement de ses nouveaux bus, la CTS cherchait à réaliser des économies.

Cependant, cette démarche a aussi conduit la CTS à inventer une autre façon d’assumer un rôle d’entreprise citoyenne.

Les nouveaux bus sont désormais habillés en faisant appel à des œuvres d’artistes strasbourgeois ou ayant un lien fort avec Strasbourg, en veillant à alterner valorisation du patrimoine et découverte de jeunes artistes.

 

ACC_0880 

Tomi Ungerer - 2011

 

 

"Broussailles" de François Génot - 2012



BHNS 

Theo van Doesburg - 2013

 

 


Vincent Godeau - 2014

 

 

 

Bus Gustave Dore

-®AIRDIASOL.Rothan DSC_6577

Gustave Doré - 2015

 

 


Bus Arahm

 Partenariat avec l'Association régionale d'aide aux handicapés moteurs (ARAHM) - 2016

 

Un tram dessiné par Schuiten


Dans le cadre d’un partenariat avec la Ville de Strasbourg et le Shadok, fabrique du numérique, l’habillage d’un tram a été confié à l’architecte belge Luc Schuiten. En circulation sur la ligne A depuis le 20 juillet 2015, cette rame illustre ce que pourrait être la ville du futur dans un contexte de protection de l’environnement. « J’ai voulu imager ce que l’avenir peut nous réserver en termes de transport car il est important d’inventer de nouveaux moyens de se déplacer sans épuiser les ressources naturelles », précise l’artiste.

 

 

 

Chiffres clés : Des bus pour véhiculer l'art

(Source Rapport d'Activité 2016)


L'association du transport public et de l'art peut ne pas sembler naturelle au premier regard. Elle est pourtant inscrite dans l'histoire du réseau strasbourgeois et de la CTS.

Le retour du tramway en 1994 donne lieu à une nouvelle lecture de Strasbourg et de ses quartiers. Son paysage est redessiné tout en tenant compte de son patrimoine séculaire. Pour le magnifier davantage encore tout en illustrant la modernité de la ville et celle de son nouveau réseau de transport en pleine éclosion, le conseil de la Communauté urbaine de Strasbourg opte pour des interventions artistiques aux abords des infrastructures ferroviaires.

 

"Ligne indéterminée", Bernar Venet - 1990
Tram B – place de Bordeaux, Strasbourg

 

 

"Rotonde de verre", Guy Clapot - 1994
Trams A, B, C, D et F – station Homme de Fer, Strasbourg

 

 

"L'empathie peut changer le monde", Barbara Kruger - 1994
Tram A – station Gare centrale

 

 

"Sans titre", Mario Merz - 1994
OEuvre initialement placée sur le réseau, transférée sur la façade du MAMC de Strasbourg

 

 

"Woman walking to the sky / La femme qui marche vers le ciel", Jonatahan Borofsky - 1994
Tram A – Place des Halles, Strasbourg

 

 

"Le chat des rives de l'Aar", Alain Séchas - 2000
Tram B – parc Émile Stahl, Schiltigheim


Les oeuvres picturales ou littéraires mettant en scène des trains et des cars sont légion depuis leur invention. Les bus et les trams de la CTS inspirent, eux aussi, régulièrement des peintres, des photographes et des écrivains mais plus rarement des musiciens.

 

La CTS a donc pour cela soutenu, en 2016, Michel Reverdy dans son projet d’« Opéra Station », un parcours musical à travers le réseau des tramways strasbourgeois.

Embarquant dans son voyage une vingtaine de musiciens ainsi que le plasticien Daniel Depoutot, le compositeur crée neuf titres telle une « ode à la joie façon fusion, transposition musicale de la pulsation eurométropolitaine ».

 

 À cette occasion, trois représentations sont données les 28 et 29 juin 2017 dans les ors de l'Opéra National du Rhin, grâce à un partenariat de longue date.

 

© Emmanuel Georges - Welcome Byzance